Rabat de lyautey à mohammed VI

Portail de Rabat, informations touristiques, culturelles et historiques

rabatmarocinfo-toute l'actualité de Rabat

Suivez le fil info de rabatmarocinfo, toute l'actualité de Rabat à travers la presse marocaine et internationale :

Bouregreg, fleuve chargé d'histoire

LE BOUREGREG AVANT LE REAMENAGEMENT

C'est à l'oued Bouregreg que Rabat et Salé doivent leur naissance, il y a plus de vingt siècles. Jeune et impétueux, vif et sain, le Bouregreg était devenu sale et lent. La faute à la pollution d'une urbanisation rampante, et à la création du barrage "Sidi Mohamed Ben Abdellah" inauguré en 1974, juste au dessus de Rabat, qui a bien tempéré l'ardeur de ses eaux souvent tumultueuses.

Le Bouregreg n'impressionne plus ; même s'il n'a jamais eu la majesté de l'Oum Er Rbia ou l'impétuosité du Sebou, ses crues soudaines relèvent désormais du passé. Quant à sa capacité à nourrir la population, le barrage a contribué, avec la pollution, à en réduire sa faune. Pourtant, le Bouregreg était convoité autrefois pour l'abondance de ses poissons, et prisé notamment pour l'alose, poisson d'eau de mer qui remontait le fleuve sur plusieurs kilomètres pour pondre ses oeufs en amont.


Les Rbatis ne connaissent guère désormais plus de lui que ses cinq derniers kilomètres, et beaucoup ignorent encore qu'il prend sa source dans le Moyen Atlas. Pour les Marocains, le Bouregreg c'était surtout son estuaire et la "barre", et au-delà, ils n'imaginaient souvent pas ce qu'était l'oued.

Avant la construction des jetées en 1920, le franchissement de cette "barre" était redoutée de tous les marins, qui pour la plupart ne s'y risquaient pas. Un banc de sable obstruait en permanence l'embouchure du fleuve, la houle du large amplifiée par le vent d'ouest venait se briser sur cette "barre".

Le chenal navigable était d'une profondeur variable suivant les conditions climatiques, de 40 centimètres à marée basse, à 3 mètres maximum à marée haute, l'accès des gros navires était donc interdit et pour les autres, un pilote connaissant les lieux était indispensable. Souvent problème, cette "barre" a pourtant été pour les Rbatis et Slaouis un avantage indéniable au cours des siècles car elle les mettait à l'abri de bien de vaisseaux prédateurs (on le verra un peu plus loin ci-dessous).




2004- A marée basse, le départ en barcasse s'effectue sur le sable de la rive du Bouregreg.


 
Les pêcheurs travaillent de part et d'autre du Bouregreg. Mais la confrérie des pêcheurs de Salé est bien plus nombreuse.



2004- les pêcheurs sur la rive droite ont débarqué leur pêche. Elle est débitée sur place et des restaurateurs improvisés vous proposent même de la griller et déguster en bout de débarcadère.


2004- Les passeurs en barques étaient encore nombreux. Sans concurrence, ils proposaient un réel service aux slaouis et rbatis.

L'oued Bouregreg s'appelait dans l'antiquité, Oued Sala (la rivière salée), ce n'est qu'au XIIIème siècle qu'il devient Bouregreg, sans doute une étymologie berbère, "regrag" signifiant "gravier" en berbère, mais les historiens n'en sont pas trop sûrs ! C'est au bord du Bouregreg que la famille Beni Achara fonda la ville de Salé au XIème siècle et fut même la capitale de l'Empire de l'Emir Tamin des Ifran.

Trait d'union, cordon ombilical ou frontière, l'attribut accolé au Bouregreg pour qualifier la liaison parfois tumultueuse entre Rabat et Salé est toujours imagé. Soeurs rivales, parfois ennemies mais toujours complices, le Bouregreg a constamment posé des problèmes pour sa traversée, car malgré les conflits incessants entre les cités, il y a toujours eu un besoin d'échange des populations qui ne se brassaient pas mais commerçaient en permanence. Depuis l'origine, on traverse en barques. Plusieurs ponts auraient existé, du temps des Almohades, pendant la lutte entre les Andalous de Salé le Neuf et les Salétins de Salé le Vieux au XVIIème siècle, mais tous ont été détruits par les flots, les guerres ou le raz de marée de 1755.

Le 1er pont routier date de 1919, mais largement en amont de l'estuaire, il est peu pratique pour les populations. Il y eut ensuite le bac à vapeur en 1913. Le pont Moulay Hassan qui partait des pieds de la Tour Hassan pour desservir les remparts de Salé datait de 1957. C'est dire qu'on a pris son temps pour réaliser ce pont, les Rbatis soupçonnaient même la confrérie des barcassiers, toute puissante alors puisqu'elle détenait un monopole, d'user de son pouvoir pour entraver sa réalisation. Depuis, on a mis en place le pont tant attendu, le pont Hassan II, qui avec ses trois tabliers a enfin permis un flux de circulation ne vous condamnant pas à de longues minutes d'attente dans les fumées des gaz d'échappement.

Rabat et Salé doivent tout au Bouregreg, grâce à lui Rabat disposait du plus grand port fluvial du Maroc au début du XXème siècle, et ce port fut même, du XV au XVIIIème siècle, époque pendant laquelle les autres ports étaient aux mains des étrangers, Espagnols, Portugais ou Anglais, le seul port marocain qui pouvait ravitailler le pays. C'est par ces villes et la république des Pirates, et par l'intermédiaire de leurs corsaires, que se firent les transactions pour l'ensemble du Maroc et que se négocièrent les traités entre les états européens et le royaume chérifien. C'est par le commerce et la guerre de course que l'estuaire du Bou Regreg devint pendant cette longue période, le grand port du Nord-Marocain qui exportait des cuirs, des laines, des plumes d'autruches, du cuivre, des fruits et recevait pour l'essentiel des draps, des velours, des cotons et des toiles.

Après une première période de piraterie qui consistait essentiellement au pillage par la population des navires qui s'échouaient sur les côtes piégeuses, les pirates de la République du Bouregreg s'engagèrent pour le compte du Sultan, la piraterie devint "la course" et les pirates des corsaires. Le port de Rabat aurait alors compter jusqu'à soixante vaisseaux en son sein. La "course" prit fin au début du XIXème siècle sous le règne de Moulay Slimane. Pourquoi cet épisode de l'histoire de Rabat n'est jamais plus évoquée par les Rbatis et Slaouis, cela reste encore un mystère ?

En dehors de la course, le déclin du port de Rabat est dû à plusieurs facteurs : d'abord le tremblement de terre de Lisbonne de 1755 qui a sans doute renforcé la "barre" océanique à l'embouchure de l'oued, rendant encore plus difficile et aléatoire son accès, ensuite l'envasement permanent qui s'est aggravé par défaut d'entretien mais aussi par la construction du "nouveau" port en 1913, et enfin la concurrence du port de Casablanca nettement plus pratique pour les navires de gros tonnage.


Imaginez 15 voiliers et galères dans ce port.
Cela a pourtant existé au XVIIIème siècle. Merci au DHOW, le bateau-restaurant à quai, de rappeler cet épisode fabuleux de l'histoire de Rabat et Salé.


Sans doute moins glorieux et pimpant que le Dhow, pourtant la navigation sur Bouregreg doit beaucoup aux bateaux dragueurs, qui font un travail à renouveler sans cesse pour une meilleure navigation.



L'aigrette garzette est devenue espèce courante sur les bords du Bouregreg, signe d'une bonne santé retrouvée du fleuve, pour le plus grand bonheur de certains... Baignade et pêche interdites mais pas la chasse...



2004 - image ancienne de pêcheurs à la recherche de vers de vase.

LE BOUREGREG APRES LE REAMENAGEMENT

Depuis la suppression définitive de ses installations portuaires, le Bouregreg s'était lentement assoupi au rythme de ses eaux calmes, jusqu'à ce que l'annonce de sa transformation radicale le réveille : seize milliards de dirhams de travaux en plusieurs tranches étaient investis pour aménager, en cinq ans, la vallée du Bouregreg (1,5 milliards d'euros).

Ce projet, tout simplement pharaonique, était en préparation depuis plus de vingt ans pour faire face au sous-développement de la capitale. Il s'agissait de hisser Rabat au rang des villes internationales, et ce projet d'envergure nationale a été confié, non pas aux municipalités de Rabat et de Salé, mais à un établissement public créé spécialement à cet effet, la SABR, filiale de la C.D.G., avec des capitaux étrangers notamment des Emirats et de Dubaï pour ce qui touche au tourisme et aux loisirs.

Le Bouregreg n'avait pratiquement pas changé d'aspect depuis plus de trois siècles. Si la réalisation de la marina Bouregreg n'a pas vraiment modifié le site, il n'en a pourtant pas été de même du programme immobilier appelé Bab Al Bahr. Cette barre d'immeubles qui longe le front d'oued côté Salé a complétement obstrué la vue des remparts de Salé depuis la rive gauche de Rabat. On ne peut lui reprocher son caractère architectural mais on peut déplorer son implantation à cet endroit.

Toucher au Bouregreg, c''était en effet prendre le risque de modifier plus de 20 siècles d'histoire, puisque l'installation de la colonie romaine à Sala Colonia, et avant celle des Phéniciens sur les rives du Bouregreg, est à l'origine de la création de Rabat et Salé.

L'arrivée des pêcheurs sur la plage de Salé, spectacle pittoresque, vivant et coloré dès les premières heures de la matinée, est désormais du passé, les pêcheurs sont à présent installés dans un port tout neuf, à l'extrémité de la digue nord du Bouregreg.

La traversée du Bouregreg par barcasse entre Rabat et Salé avait été temporairement supprimée en 2006, pour faciliter l'aménagement des berges du Bouregreg, côté Rabat, ainsi que l'enlèvement de la vase et la construction du port de plaisance, côté Salé. Elle a été rétablie depuis la fin des travaux, et si elle elle demeure toujours aussi pittoresque, elle est désormais fortement concurrencée par le tramway. Seuls quelques inconditionnels et nostalgiques du passé effectuent cette fameuse traversée pour se rendre à Salé ou faire les souks de sa médina ou pour se rendre au port, assister à l'arrivée des pêcheurs et être parmi les premiers à emporter la pêche du matin. Car l'arrivée des pêcheurs est toujours un événement, même si le port "étriqué" de Salé n'a plus le charme des rives du Bouregreg.

Alors si vous êtes sur les quais de Rabat, osez franchir le Bouregreg, et ne partez pas sans accorder une visite à Salé, à sa superbe médina, à ses remparts millénaires qui ne sont qu'à trois cents mètres de la rive du Bouregreg.




Le nouveau port de pêche de Salé-Rabat se trouve désormais dès l'entrée du chenal après la barre. L'accès est bien plus facile surtout en cas de mauvais temps.


Il y avait longtemps que le port de Rabat n'avait connu un tel mouvement : le Almabahia en manoeuvre dans le nouveau port de Rabat.



Des voyageurs européens du XVIIème siécle avaient surnommé Rabat, la Venise Rouge.


Arrivée des pêcheurs au nouveau port de Salé


Pour les jeunes Rbatis et Slaouis, le Bouregreg est immuable : la baignade dans le Bouregreg reste leur distraction préfèrée.

RECHERCHER SUR LE SITE